« Benoit Pimont a réalisé la bande son du film « Braque-autoportrait ». Il a travaillé sur un double registre : reconstituer des ambiances d’époque sur des images d’archives muettes et composer une musique pour le film, avec des thèmes principaux et des variations. Il sait travailler sur l’image et adapter son travail à l’évolution du montage. C’est un élément très important de l’identité du film. » la musique du film en détails.
Sylvie Cazin Dhonincthum – productrice à l’INA

« J’ai travaillé avec Benoît Pimont sur cinq de mes films documentaire, et je suis prêt à remettre ça. Pourquoi? Pour retrouver la qualité de ses mélodies originales bien sur, de ses arrangements toujours soignés, de son utilisation très contemporaine, numérisée, de nos instruments traditionnels, de bois comme de cuivre, du violon au didjeridoo, du piano au cor ; mais surtout sa complicité et son écoute ; sa finesse d’esprit et sa générosité, son élégance et cette faculté qu’il a de transmettre, les émotions, les sentiments; de se mettre au service du film et de partager…»
Thomas Johnson – réalisateur

« Lorsque j’ai connu Benoît Pimont, il était déjà grand ; de taille comme de talent…Une sorte de nonchalance dandyesque et de détachement soucieux émanaient de sa personne comme pour affirmer son goût pour une certaine esthétisation de l’existence.
Il me présenta ses musiques sans même en dire une note. Heureusement, ses compositions limpides et élaborées, sorte de canevas où se tissent et se brodent finement ses humeurs et ses passions, parlèrent pour lui et plaidèrent largement pour son art.
Alors, j’ai agrandi la porte d’entrée de mon bureau pour que sa longue silhouette puisse s’y glisser et lui ai offert mon admiration pour que lui m’accorde en retour le meilleur de sa création. »
David Séchan – Editeur

Fermer le menu